top of page
  • Marion Chantelot

La puissance de la vulnérabilité

Dernière mise à jour : 16 juin 2023

Le 24/12/2022



Bonjour à tous.


Nous voilà à quelques heures du réveillon de Noël.

Noël qui célèbre la venue au monde d’un nouveau-né.


Nous avons tous été des nouveaux-nés.

Nous l’oublions souvent.

Nous avons été des êtres vulnérables et dépendants totalement de notre entourage.

Cela va bien au-delà des besoins physiques.

On sait aujourd’hui que si un nourrisson ne reçoit que les soins nécessaires à sa survie mais pas d’amour, il aura de fortes probabilités de se laisser mourir.

Nous pouvons nous réjouir d’avoir, un jour, reçu suffisamment d’amour pour que l’on choisisse de vivre.



Une amie m’a exposé récemment sa théorie.

Quelque chose en nous, une part de nous a le souvenir de cette extrême vulnérabilité et aussi de ce courant d’amour qui inconsciemment nous a fait dire « OUI » à cette aventure qu’est l’existence humaine.

D’après elle, à chaque fois que l’on se retrouve face à un nourrisson, c’est ce « quelque chose » qui vibre et qui fait qu’instinctivement on lui offre protection, tendresse et amour inconditionnel.

Mon amie va même jusqu’à prétendre que les personnes qui disent « ne pas aimer les bébés » et qui refusent de les prendre dans leurs bras, ne leur souhaitent, inconsciemment, qu’amour, protection, tendresse et ne se sentent pas encore capables d’offrir autant, elles se tiennent à distance.

« Une question de confiance en soi », ponctua-t-elle.



Je ne sais si c’est vrai mais je trouve sa théorie belle et touchante.

Je me dis aussi que dans l’histoire de la nativité il y a trois rois mages.

Trois personnages qui sont rois, représentants des pouvoirs du monde visible et mages représentants des pouvoirs du monde invisible.

Ces trois personnes réunissent tous les pouvoirs et pourtant s’inclinent devant la vulnérabilité d’un nouveau-né, alors j’aime à croire que le plus grand des pouvoirs se trouve dans notre vulnérabilité.


Ce soir, juste avant de réveillonner, je prendrai le temps de percevoir ce « quelque chose », cette « part du nouveau-né » en chacun de mes proches avec l’espérance de leur offrir cette force de vie qu’est l’Amour.


Avec beaucoup d’amour.


Marion

19 vues0 commentaire

Comentarios


bottom of page